Une grande domus romaine à Besançon

                                          (Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon)

 

   En 58 av. J.-C., César se dirige vers la plaine d’Alsace pour arrêter la progression d’un chef germain, Arioviste. Il fait halte à Vesontio (Besançon), établissement principal des Gaulois Séquanes, défendu naturellement par la configuration du lieu. Dans cette première apparition littéraire de Besançon, il affirme au sujet du Doubs, la rivière dans la boucle de laquelle la ville est installée, que « comme tracé au compas, (il) ceint presque entièrement la place forte ». Sous l’Empire, la ville demeure le chef-lieu des Séquanes et se couvre d’édifices caractéristiques des villes romaines d’alors.

   Les salles d’archéologie du Musée de Besançon exposent les mosaïques de la « domus au Neptune » fouillée à l’emplacement actuel du collège Lumière, ainsi que des reconstitutions de l’édifice.

 

AppleMark

Reconstitution graphique de Besançon à l’époque romaine.

 

AppleMark

 

Maquette de la domus: vue de la façade donnant sur le jardin d’agrément.

AppleMark

 

Coupe transversale de la domus. De gauche à droite: le jardin d’agrément,

le grand salon et le péristyle.

AppleMark

 

Plan de la partie de la domus reconstituée par la maquette.

 

Coupe des parties intérieures de la domus.

 

Reconstitution grandeur nature d’une fresque murale de la domus.

 

AppleMark

Élément inférieur d’une fresque murale.

 

Reconstitution d’un décor peint, à l’aide des éléments retrouvés lors des fouilles.

AppleMark

 

Panneau central (emblema) de la mosaïque de Neptune datant de la fin du II°s

et découverte en 1973.

 

Partie de la mosaïque de Neptune découverte en 2004 et composée de quatre caissons.

 

Grande mosaïque à décor géométrique découverte en 2004.

 

Panneau central de la grande mosaïque avec une tête de Méduse.

 

Texte et photos Georges Oucif