La mort de Caton d'Utique ( La guerre d'Afrique, auteur anonyme, continuateur de César)


 

Les Pompéiens viennent d'être vaincus à Thapsus par César. Caton qui lutte contre les ambitions du dictateur depuis longtemps dans l'espoir de préserver le régime républicain,se donne la mort pour ne pas se compromettre en acceptant le pardon de César.

 

Dans leur fuite, beaucoup arrivèrent à Utique. Caton les incita à libérer leurs esclaves et à défendre la ville. Mais lorsqu’il comprit que si certains l'approuvaient, d’autres étaient effrayés et résolus à fuir, il abandonna l'idée de mener plus avant son projet et il leur donna les navires. Quant à lui, il régla toutes ses affaires soigneusement et confia ses enfants à Lucius César qui était alors son proquesteur. Et, sans qu’on puisse soupçonner quoi que ce soit dans son air ni dans ses paroles(…) il emporta en cachette une épée dans sa chambre et se transperça avec. Alors que le médecin et les esclaves avaient entrepris de refermer la blessure, il rouvrit lui-même sa plaie d’une façon particulièrement horrible et se fit mourir de sang froid.   Les habitants d’Utique, même s'ils le haïssaient en raison de son parti, lui rendirent les honneurs funèbres : il avait été d’une intégrité exceptionnelle, ainsi qu’un général bien différent des autres.Il avait fortifié Utique d’ouvrages superbes et avait augmenté le nombre de tours.   Après sa mort, Lucius César rassembla la population et exhorta tout le monde à ouvrir les portes : il plaçait beaucoup d’espoir dans la clémence de Jules César. C’est pourquoi après l’ouverture des portes, il sort d’Utique et part en direction du victorieux César.

 

 

Traduction des latinistes de seconde 2006-2007.

Complures ex fuga Uticam perveniunt. Quos omnes Cato …  hortatus ut servitia manumitterent oppidumque defenderent. Quorum cum partem assentire, partem animum mentemque perterritam atque in fugam destinatam habere intellexisset, amplius de ea re agere destitit navesque his attribuit ... Ipse omnibus rebus diligentissime constitutis, liberis suis Lucio Caesari qui tum ei pro quaestore fuerat commendatis, et sine suspicione, vultu atque sermone quo superiore tempore usus fuerat, dum dormitum iisset, ferrum intro clam in cubiculum tulit atque ita se trajecit. Qui cum … medicus familiaresque … vulnus obligare coepissent, ipse suis manibus vulnus crudelissime divellit atque animo praesenti se interemit.

Quem Uticenses quamquam oderant partium gratia, tamen propter ejus singularem integritatem et quod dissimillimus reliquorum ducum fuerat quodque Uticam mirificis operibus munierat turribusque auxerat, sepultura adficiunt.

Quo interfecto, L.Caesar … convocato populo, cohortatus omnes ut portae aperirentur : se in C.Caesaris clementia magnam spem habere. Itaque portis patefactis Utica egressus Caesari imperatori obviam proficiscitur.

 

Bellum africum, LXXXVIII.