Les dangereux agréments de la ville, Columelle

  Nous autres pères de famille, comme s’en plaignait déjà Marcus Varron du temps de nos ancêtres, avons abandonné la faux et la charrue pour nous introduire dans l’enceinte de la ville. Nos mains nous servent plus aux courses et aux théâtres qu’aux champs et aux vignes. Nous restons sans voix devant les gestes de ces acteurs efféminés qui imitent par leurs attitudes féminines ce sexe que la nature a refusé aux hommes, et abusent ainsi les yeux des spectateurs. Ensuite, pour être en forme pour le cabaret, nous allons cuire dans une étuve notre indigestion quotidienne et en transpirant nous nous donnons soif. Nous passons nos nuits dans l’ivresse et nos jours à jouer ou à dormir. Nous nous considérons comme bien heureux lorsque nous ne voyons ni le lever ni le coucher du soleil! Cette vie apathique est la cause de notre santé défaillante : en effet les jeunes ont des corps si frêles et si faibles que s’ils étaient morts on n’y verrait pas la différence ! Mais par Hercule, cette digne descendance de Romulus entrainée par des chasses régulières et des travaux agricoles, respirait la santé grâce à des corps résistants, et lorsque cela était nécessaire elle soutenait facilement l’effort de guerre, endurcie qu’elle était par les labeurs de la paix, et toujours elle a préféré les campagnards à la plèbe urbaine. Ceux qui coulaient des jours sans soucis à l’abri de la ville derrière ces remparts leur semblaient plus indolents que ceux qui vivaient à la campagne.

 

 

  Nos omnes patres familiae, sicut M. Varro jam temporibus avorum conquestus est, falce et aratro relictis, intra murum correpsimus, et in circis potius ac theatris quam in segetibus et vinetis manus movemus, attonitique miramur gestus effeminatorum, qui sexum a Natura viris denegatum muliebri motu mentiuntur decipiuntque oculos spectantium; deinde, ut apti veniamus ad ganeas, cotidianam cruditatem Laconicis balneis excoquimus et exsucto sudore sitim quaerimus, noctesque ebrietatibus, dies ludo vel somno consumimus; ac nosmetipsos ducimus fortunatos, cum nec orientem solem vidimus nec occidentem! Itaque istam vitam socordem persequitur mala valetudo : nam sic juvenum corpora fluxa et resoluta sunt, ut nihil mors mutatura videatur! At meher­cules vera illa Romuli proles, assiduis venatibus ac agrestibus ope­ribus exercitata, firmissimis praevaluit corporibus, ac militiam belli, cum res postulabat, facile sustinuit durata pacis laboribus, semperque rusticam plebem praeposuit urbanae. Ei enim qui sub umbra civitatis, intra moenia, desides cunctabantur segniores vide­bantur quam qui rura colebant.

 

Columelle, De re rustica, 1, praef.