Un roi débonnaire


   Qu’y avait-il de plus facile pour Antigone que d’ordonner la mise à mort de deux soldats qui, appuyés contre la toile de sa tente, faisaient ce que les hommes font avec tant de plaisir, et malgré les risques qu’ils encourent : ils disaient du mal de leur roi ? Antigone avait tout entendu, puisqu’il n’y avait entre ceux qui parlaient et celui qui écoutait que le tissu de la tente, que celui-ci remua légèrement. "Allez plus loin", dit-il, "pour que votre roi ne vous entende pas."
   De même, une nuit, alors qu’il avait entendu certains de ses soldats dire tout le mal qu’ils pensaient de leur roi, qui les avait entraînés eux-mêmes sur cette route et dans ce bourbier inextricable, il s’approcha de ceux qui peinaient le plus et alors qu’ils ignoraient par qui ils étaient aidés, les tira d’affaire. "Maintenant", dit-il, maudissez Antigone à cause duquel vous êtes tombés dans ces ennuis, et au contraire, souhaitez du bonheur à celui qui vous a sortis de ce gouffre. "


Texte traduit par les 2° latinistes

  sommaire
   Quid facilius fuit Antigono quam duos manipulares duci jubere, qui incumbentes regi tabernaculo faciebant quod homines et periculosissime et libentissime faciunt: De rege suo male existimabant? Audierat omnia Antigonus, utpote cum inter dicentes et audientem palla interesset; quam ille leviter commovit et: "Longius", inquit, "discedite, ne vos rex audiat".    Idem, quadam nocte, cum quosdam ex militibus suis exaudisset omnia mala imprecantes regi, qui ipsos in illud iter et inextricabile lutum deduxisset, accessit ad qui maxime laborabant et, cum ignorantes a quo adjuvarentur explicuisset: "Nunc", inquit, "male dicite Antigono, cujus vitio in has miserias incidistis; ei autem bene optate qui vos ex hac voragine eduxit."

   Sénèque, De Ira, V,22