La Traversée des éléphants

 

 L’armée carthaginoise d’Hannibal, dans sa progression vers l’Italie, est confrontée à la difficulté de faire franchir le Rhône à ses éléphants de guerre.

    Elephantorum trajiciendorum varia consilia fuisse credo ; certa variat memoria actae rei. Quidam congregatis ad ripam elephantis tradunt ferocissimum ex iis irritatum ab rectore suo, cum refugientem in aquam, inde nantem sequeretur, traxisse gregem, ut quemque timentem altitudinem destitueret vadum, impetus ipso fluminis in alteram ripam rapiente.

    On pense généralement que les éléphants traversèrent sur des radeaux.

    Ratem unam, ducentos longam pedes, quinquaginta latam, a terra in amnem porrexerunt,  quam, ne secunda aqua deferretur, pluribus validis retinaculis parte superiore ripae religatam pontis in modum humo injecta constraverunt, ut beluae audacter velut per solum ingrederentur. Altera ratis aeque lata, longa pedes centum, ad trajicientum flumen apta, huic copulata est ; VI tum elephanti per stabilem ratem tanquam viam, praegredientibus feminis, acti, ubi in minorem applicatam transgressi sunt, ex templo resolutis quibus leviter annexa erat vinculis, ab actuariis aliquot navibus ad alteram ripam pertrahitur ; ita primis expositis, alii deinde repetiti ac trajecti sunt.  Nihil sane trepidabant, donec continenti velut ponte agerentur; primus erat pavor cum, soluta ab ceteris rate, in altum raperentur. Ibi urgentes inter se, cedentibus extremis ab aqua, trepidationis aliquantum edebant, donec quietem ipse timor circumspectantibus aquam fecisset. Excidere etiam saevientes quidam in flumen; sed pondere ipso stabiles, dejectis rectoribus, quaerendis pedetentim vadis in terram evasere.

    Tite-Live, Histoire romaine, XXI, 28.

   sommaire

                         La Traversée des éléphants
                            
(traduction des 1° latinistes-2005-2006)


           
Je crois qu’il y eut différentes solutions proposées pour faire traverser les éléphants, le récit de l’événement varie beaucoup selon les auteurs. Certains racontent que les éléphants furent rassemblés sur la rive. Le plus irascible d’entre eux avait été excité par son cornac et c’est en le poursuivant, alors que celui-ci se jetait à l’eau et partait à la nage, qu’il entraîna le troupeau; à mesure que chaque éléphant perdait pied, effrayé par la profondeur, le courant l’emportait vers l’autre rive.

...
         Ils placèrent un radeau de 200 pieds de long et de 50 de large à cheval sur la terre et sur l’eau. Pour qu’il ne soit pas emporté par le courant, il était relié en amont à la rive par de solides câbles. On le couvrit de terre comme le sont les ponts pour que les bêtes s’y avancent sans crainte, comme sur la terre ferme. Un autre radeau, de même largeur mais long de 100 pieds, capable de traverser le fleuve lui fut arrimé. On poussa six éléphants, en faisant passer les femelles devant, sur le radeau aussi stable qu'une route. Lorsqu’ils eurent traversé jusqu’au radeau plus petit qui y était attaché, on dénoua aussitôt les cordes avec lesquelles il était retenu succinctement. Il est alors tiré jusqu’à la rive par des bateaux légers. Après avoir débarqué les premiers éléphants, on retourna chercher les autres et on les fit traverser. Ils ne tremblaient absolument pas tant qu’ils étaient poussés comme sur un vrai pont, ils commençaient à avoir peur lorsque le radeau était séparé du reste et qu’ils étaient transportés vers le milieu du fleuve. Là, ils se bousculaient entre eux, ceux qui étaient sur les bords cherchaient à s’éloigner de l’eau. Ce désordre dura jusqu’à ce que la peur les immobilise à regarder tout autour d’eux le courant. Quelques uns, enragés, tombèrent dans le fleuve mais après avoir renversé leur cornac, stabilisés pas leur propre poids, regagnèrent la terre ferme en cherchant le fond pas à pas.

   (pour en savoir plus sur les essais de localisation du passage du Rhône et des Alpes par Hannibal, consultez le site « Hannibal dans les Alpes » qui étudie les différentes hypothèses à partir des textes anciens et des itinéraires actuels dans les Alpes)