HISTOIRE ANTIQUE n°20 (juillet-août 2005)

   La revue HISTOIRE ANTIQUE consacre un dossier à la légion romaine. On connaît tous, ou on croit connaître la légion romaine. En réalité, le légionnaire couramment présenté, celui d’Axtérix et Obélix, avec sa cuirasse faite de bandes métalliques, est celui des premiers siècles de l’Empire. Dans ce dossier, il est question de la légion depuis ses débuts jusqu’au « Bas-Empire » (IV°-V° s). le dossier passe en revue la légion sous la République et sous l’Empire, avec son équipement, son ordre de bataille et les réformes qui ont visé à adapter cette formation au combat contre les différents types d’ennemis qu’elle a été amenée à affronter tout au long de son histoire mouvementée, de l’armée carthaginoise aux troupes très mobiles des barbares des III° et IV°s ap. J.C.

   Particulièrement intéressante s’avère la partie consacrée à la légion du IV°s, après les réformes de Dioclétien et de Constantin. Les photos qui l’illustrent, présentent les reconstitutions d’une association (…) qui fait des démonstrations lors de festivals ayant pour thème l’Antiquité. On y découvre des légionnaires avec cotte de maille et casque à nasal qui annoncent le cavalier normand de la tapisserie de Bayeux au IX°s. Quant à l’infanterie légère et les officiers supérieurs, ils sont plus proches des Syldaves et des Bordures de Tintin que de l’image d’Épinal du légionnaire auquel on nous a habitués.

   

   Pour en savoir plus au CDI du lycée :

   -La légion romaine. Collection Histoire antique. N° 20. 07/2005.  937 LEG

   -L'évolution du monde de l'antiquité tardive. P. Garnsey & C.Humfress. 937 GAR

   -Dioclétien et la tétrarchie. B. Rémy. Que sais-je ? 937 REM

 

   Dans ce même numéro, décidément très romain, un portofolio (sic !) consacré à Ravenne. Cette ville d’Italie qui était la résidence d’hiver de Jules César pendant la guerre des Gaules, doit surtout sa notoriété au fait d’avoir été la dernière capitale de l’Empire romain d’occident. Un bref historique de la ville bat en brêche quelques idées reçues sur la fin de cet Empire et montre que l’Italie a réintégré assez rapidement le giron de l’Empire romain-celui d’orient, avec pour capitale Constantinople- durant ce qu’on appelle l’Antiquité tardive, jusqu’aux environs de 600.

   Le portofolio, dont les photos sont, hélas, d’une qualité très médiocre, montre un certain nombre de monuments construits durant cette période, sous les empereurs romains, les rois barbares et les exarques de l’Empire d’orient. L’article présente surtout l’intérêt de donner quelques indications brêves mais claires qui permettrons au néophyte de voir l’évolution des mosaïques murales tout au long de cette période.