LE SACRIFICE D'IPHIGENIE

  

   Lorsque les Grecs furent arrivés en Aulide, ils consultèrent Cal­chas pour savoir si le vent ne favoriserait pas bientôt leur départ. Ce grand Prêtre leur ayant dit que le vent leur serait toujours contraire, jusqu'à ce qu'Agamemnon eût immolé sa Fille Iphigénie, on la conduisit à l'Autel, et Diane apaisée par cette soumission, mit en sa place une Biche qui lui fut immolée. A la descente des Grecs sur le rivage de Troie, se livre un sanglant combat; Protesilas qui sort le premier de la Flotte est tué par Hector, et Cygnus qui combattait pour les Troyens, est vaincu par Achille. Neptune son Père le change en un oiseau de même nom.

 

 

 

 

  Priam qui ignorait que son fils Ésaque avait été changé en oiseau, pleurait sa mort, pendant qu'Hector et les autres frères de ce Prince infortuné lui éle­vaient un tombeau, où son nom était gravé. Pâris fut le seul des enfants de Priam qui n'assista pas à cette cérémo­nie. C'est ce même Pâris, qui ayant dans la. suite enlevé Hélène, attira sur sa Patrie une sanglante guerre. Toute la Grèce conjurée prit les armes en faveur de Ménélas époux de cette Prin­cesse. On équipa mille vaisseaux, et l'affront aurait été bientôt vengé, si les vents contraires n'avaient empêché la flotte de sortir du port d'Aulide. Pen­dant que les Grecs offraient sur le rivage de la Mer un sacrifice à Jupiter, suivant la coutume de leur Pays, on aperçut un Serpent, qui étant monté sur un Plane qui était proche de l'Autel, dévora huit petits oiseaux qui étaient dans un nid, avec la mère qui volait autour. Tous ceux qui avaient vu ce prodige étaient dans l'étonne­ment, lorsque Calchas qui lisait dans l'avenir, leur parla ainsi: « Réjouissez-vous, ô Grecs, la Ville de Troie sera détruite; mais elle nous coûtera de longs et de pénibles travaux. Ces neuf oiseaux que le Serpent vient de dévorer, m'annoncent que le siège de cette Ville durera neuf ans. » Pendant ce discours le Serpent qui était entortillé autour de l'arbre, fut changé en pierre. Cependant les vents toujours contraires empêchaient la flotte de partir, et on commençait à croire que Neptune favorisait la Ville de Troie, dont il avait bâti les murailles. Calchas en pensait autre­ment; il savait, et il n'en faisait pas un mystère, que pour sortir du port d'Aulide il fallait apaiser par le sang d'une Vierge, Diane irritée contre Agamemnon. Ainsi dès que l'intérêt public eut triomphé de la tendresse paternelle, et que les sentiments du Roi l'eurent emporté sur ceux du Père, les Prêtres fondant en larmes conduisirent Iphigénie à l'Autel. Diane apaisée par cette soumission, enveloppa d'un nuage l'Autel et les Sacrificateurs, et mit à la place de cette Princesse une Biche qui lui fut immolée. Après ce Sacrifice, la mer devint tranquille et un vent favorable conduisit en peu de temps la Flotte Grecque sur les rivages de Troie.

précédent/ suivant