Ad reliqua transeamus animalia et primum terrestria. Maximum est elephans proximumque humanis sensibus, quippe intellectus illis sermonis patricii et imperiorum obedientia, officiorum quae didicere memoria, amoris et gloriae voluptas, immo vero, quae etiam in homine rara, probitas, prudentia, aequitas, religio quoque siderum Solisque ac Lunae veneratio. Auctores sunt in Mauretaniae saltibus ad quendam amnem, cui nomen est Amilo, nitescente luna nova greges eorum descendere ibique se purificantes solemniter aqua circumspergi atque ita salutatio sidere in silvas reverti vitulorum fatigatos prae se ferentes.

    L’éléphant, l’animal le plus proche de l’homme.

 

   Passons aux autres animaux et d’abord aux animaux terrestres. Le plus grand et le plus proche de l’homme par son intelligence est l’éléphant. En effet, il a une langue maternelle qu’il comprend, il exécute docilement les ordres, il se souvient des tâches qu’on lui a apprises, l’amour et la gloire lui procurent du plaisir et, qui plus est, chose rare chez l’homme, il est honnête, prévoyant et juste. Il honore aussi les étoiles et le soleil et vénère la lune. D’après certains auteurs, dans les régions boisées de Maurétanie, leurs troupeaux descendent à la nouvelle lune jusqu’à un torrent, l’Amilus, et là ils se purifient solennellement en s’aspergeant d’eau et, après avoir salué les étoiles, ils retournent dans leurs forêts, portant devant eux dans leur trompe, leurs petits fatigués.

 Histoire naturelle, VIII,1-2

 

  sommaire