...ET EXCES

         La sagesse est au-dessus des vicissitudes humaines.

 

    

Mégare avait été prise par Démétrius surnommé le preneur de villes. Le philosophe Stilpon, à qui il demanda s’il avait subi quelque perte répondit : « Aucune, j’ai tous mes biens avec moi. » Et pourtant son patrimoine avait été pris comme butin, ses filles avaient été enlevées par l’ennemi, sa patrie était passée sous domination étrangère et lui –même, un roi entouré par les armes d’une armée victorieuse le questionnait du haut du tribunal. Mais le sage vola la victoire au puissant et attesta que, malgré la prise de la ville, il était invaincu et n’avait même subi aucun préjudice. Il possédait ses richesses authentiques, celles dont nul ne peut s’emparer. Et celles qui, saccagées ou pillées, avaient été emportées, il ne les considérait pas comme siennes mais comme accidentelles et soumises aux caprices du sort ; il les appréciait comme des objets prêtés. La possession de tout ce qui provient de l’extérieur est hasardeuse et trompeuse.                                                                                    Maintenant réfléchis : un voleur, un calomniateur, un voisin déchaîné, un riche abusant du pouvoir que donne une vieillesse sans héritier peuvent-ils causer du tort à un homme à qui ni la guerre, ni l’ennemi, ni un roi se targuant de l’art remarquable de faire tomber les villes n’avaient rien réussi à arracher. Au milieu des glaives étincelants partout, du déchaînement de soudards en plein pillage au milieu des incendies, du sang et du carnage d’une cité renversée, au milieu du fracas des temples s’effondrant sur leurs dieux, un seul homme était en paix.

    De la constance du sage,V,6.7.

     Traduction des latinistes de première (2004-2005)

 

 

( Le philosophe Stilpon, né à Mégare, était célèbre en 300 av.J.C. Précurseur du stoïcisme, élève d’Euclide, il faisait de l’impassibilité de l’âme le souverain bien. Sa patrie, Mégare, fut prise en 307 av.J.C par Démétrius, futur roi de Macédoine, surnommé Poliorcète, c’est-à-dire « Preneur de villes ». Sénèque fait de Stilpon le modèle du sage moralement invincible.)

    

   Megaram Demetrius ceperat, cui cognomen Poliorcetes fuit. Ab hoc Stilpon philosophus interrogatus num aliquid perdidisset : »Nihil, inquit : omnia mea mecum sunt. » Atqui et patrimonium ejus in praedam cesserat, et filias rapuerat hostis, et patria in alienam dicionem pervenerat, et ipsum rex, circumfusus victoris exercitus armis, ex superiore loco rogitabat. At ille victoriam illi excussit et se, urbe capta, non invictum tantum, sed indemnem esse testatus est. Habebat enim vera secum bona, in quae non est manus injectio. At quae dissipata et direpta ferebantur non judicabat sua, sed adventicia et nutum fortunae sequentia ; ideo ut non propria dilexerat. Omnium enim extrinsecus affluentium lubrica et incerta possessio est.                                                                                  Cogita nunc an huic fur aut calumniator aut vicinus impotens aut dives aliquis regnum orbae senectutis exercens facere injuriam possit, cui bellum et hostis et ille egregiam artem quassandarum urbium professus eripere nihil potuit. Inter micantes ubique gladios et militarem in rapina tumultum, inter flammas et sanguinem stragemque implusae civitatis, inter fragorem templorum super deos suos cadentium, uni homini pax fuit.

    Sénèque, De constantia sapientis,V,6.7.

 

  sommaire