PLINE L’ANCIEN

 

   Pline l’Ancien est né à Côme, en Italie, en 24-23 ap.J.C, dans une riche famille de chevaliers romains. Il fait ses études à Rome, à l’école des rhéteurs, ce qui lui permettra plus tard de plaider.

   Il débute sa carrière par des commandements dans la cavalerie en Germanie ( on retrouvé dans le Rhin un élément de harnachement de cheval à son nom !). Sous le règne de Néron, il s’adonne à l’étude et écrit de nombreux ouvrages d’histoire et de rhétorique, tous perdus.

   Il reprend du service sous l’Empereur Vespasien dont il devient un conseiller après des charges dans différentes provinces.

   En 79, il est préfet de la flotte à Misène, lors de l’éruption du Vésuve. Il accourt pour porter secours à des amis et, peut-être, aussi, par curiosité scientifique. Cette éruption et sa mort lors de cet épisode, qui lui ont valu le surnom d’Amiral des volcans », sont racontés dans une célèbre lettre de Pline le Jeune, son neveu, à l’historien Tacite.

   Nous connaissons les habitudes quotidiennes de Pline l’Ancien par les lettres de Pline le Jeune. Celui-ci nous a laissé également la liste complète de ses œuvres, parmi lesquelles on trouve un essai sur « l’art de lancer le javelot à cheval », une « Histoire des guerres germaniques » ou encore un texte sur « Les incertitudes du langage. » Mais l’œuvre qui nous est parvenue et qui fait la renommée de Pline, est son « Histoire naturelle », sorte d’encyclopédie qui fait le point  sur les connaissances humaines de l’époque. Dans cette œuvre monumentale, l’auteur aborde aussi bien la géographie que la zoologie, la botanique, les métaux, la peinture ou, encore, la sculpture.